Blog

Les 8 erreurs à éviter quand on se lance

Posté par:

Quand on se lance dans l’entrepreneuriat de nombreuses erreurs sont commises par les dirigeants. Si on peut penser que certaines peuvent représenter des bonnes pratiques, d’autres peuvent se révéler totalement contreproductives. Zoom sur les erreurs les plus classiques des dirigeants qui se lancent. 

1/ Recruter des profils non qualifiés 

Souvent au lancement de l’entreprise on cherche à économiser les coûts et à ne pas recruter les meilleurs. Pourtant, la plupart des entrepreneurs qui ont connu le succès vous le diront : l’un des facteurs clés de succès restent d’attirer les meilleurs. Ils partagent non seulement leur savoir mais mettent l’entreprise sur de bons rails. Cela vous permet de progresser rapidement et de vous retrouver sans perdre de temps à la pointe dans certains domaines. Seul inconvénient : le coût qu’ils peuvent représenter et qu’il vous faudra non seulement savoir bien manager mais aussi les attirer dans une entreprise naissante. Les solutions pour parer le manque de trésorerie sont souvent de lever des fonds, d’avoir le capital de base nécessaire ou encore de les intégrer dans le capital en tant qu’associé. 

2/ Vouloir tout faire par soi-même

Quand on entreprend on cherche souvent à tout optimiser et à tout faire par soi-même. Oui mais voilà, certaines activités sont plus coûteuses à effectuer soi-même que d’en donner l’exécution à un professionnel externe. Faire appel à des freelances ou des prestataires vous permet parfois de diminuer vos coûts car ils réalisent la même prestation pour bon nombre de personnes, ce qui leur permet de réaliser des économies d’échelle qu’ils réfractent sur vous. En dehors des raisons de coût qu’il soit humain ou financier, il peut tout simplement s’agir du niveau de qualité que vous souhaitez avoir ou donner à vos clients. Vous ne savez pas tout faire à la perfection et certains domaines vous sont totalement étrangers. Penser que vous allez réussir à tout englober comme les professionnels de chaque secteur relève souvent de l’utopie et il vaut mieux souvent vous concentrer sur votre savoir-faire et la vente de la prestation que sur des activités annexes. 

3/ Perdre du temps à chercher des prestataires 

Une fois le conseil précédent donné, force est de constater que certains perdent leur temps à demander des prestataires parmi leurs proches. Si la recommandation n’est pas une mauvaise chose, vous pouvez rechercher ceux-ci et notamment des experts freelances sur des plateformes pour répondre à votre besoin ou à votre manque de ressources. Celles-ci permettent de trouver des experts, de déléguer certaines tâches trop chronophages ou pour lesquelles les entrepreneurs vous ne disposez pas de la compétence en interne et vous font gagner du temps dans votre recherche. Des sociétés comme Fiverr proposent ce type de mise en relation. Les services proposés vont de la conception de logos, en passant par la personnalisation de votre site jusqu’à la réalisation de vidéos. Les tarifications s’adaptent à tous les budgets et sont fonction de chaque expert et de votre projet.

4/ Vendre « pas cher »

On ne compte plus le nombre d’entreprises qui se sont écroulées car elles n’ont pas forcément pensé en termes de marge. Vendre pas cher implique souvent de vendre beaucoup pour atteindre la rentabilité. Penser qu’il suffit d’octroyer une réduction pour que votre produit se vende comme des petits pains ne représentent pas une vérité. Si parfois et dans certains secteurs d’activité cela peut s’avérer judicieux, dans la plupart il faut bien se dire qu’un prix peu élevé ou trop bas signifie un manque de qualité. Ce n’est pas parce que vous avez décidé de ne faire aucune marge pendant quelques temps pour attirer vos premiers clients qu’ils vont vraiment venir ou qu’ils vont rester après. Il faut bien constater que certains ne viendront que pour se réaliser des économies et peuvent être des mauvais clients tant en termes de paiement que de relation-client. Ils peuvent ainsi vous adresser moultes réclamations sans qu’ils soient particulièrement rentables. 

5/ Attendre le produit parfait

Aucun produit n’est parfait si ce n’est peut-être ceux ancestraux. Aujourd’hui, les clients veulent toujours plus et le processus reste souvent une d’amélioration continue. Certains entrepreneurs ne sont jamais satisfaits de leur produit et ne le sortent jamais car, il faut bien se l’avouer, on a toujours quelque chose à améliorer. Confronter son produit au marché possède beaucoup d’avantages comme celui de vous orienter dans la bonne voie, d’avoir des retours clients ou de pouvoir définir vos priorités de développement. Cela peut également tout simplement vous servir à vérifier l’appétence pour votre produit ou que le besoin existe réellement. Aussi, il faut constater qu’un bon produit est avant tout celui qui se vend et que vous pourrez vérifier également que votre stratégie commerciale est efficace. Petit bonus : vous aurez peut-être des early adopters qui feront votre publicité. 

6/ Penser tout en termes de sprint

On aura beau le répéter, beaucoup pensent que l’entrepreneuriat reste une affaire de rapidité. Si cela n’est pas tout à fait inexact, il s’agit surtout de tenir sur la durée. Ils sont nombreux à avoir trop tiré sur la corde jusqu’à la rompre. Les exemples de burn-out sont légions. Surtout, il faut prendre en compte que les projections qui vous faites se révèlent souvent plus complexes à atteindre que dans la théorie. Il faudra donc bien vous préparer pour pouvoir tenir sur la longueur notamment en termes de trésorerie. On compare souvent l’entrepreneuriat à un marathon plus qu’à un sprint et ce n’est pas pour rien. Prenez en compte avant de vous lancer que le chemin jusqu’au succès peut s’avérer interminable et prévoyez en conséquence. 

7/ Mal s’associer

Souvent on pense que l’association est naturelle avec un ami ou quelqu’un que vous connaissez bien. Il faut simplement se dire que l’association n’est pas qu’une affaire de compétences et que votre associé représente un véritable partenaire de vie avec qui vous allez probablement passer plus de temps qu’avec vos proches. Ce n’est pas parce que vous entendez bien avec quelqu’un dans le domaine personnel que ce sera vrai au niveau professionnel. Votre ou vos associés représentent souvent vos premiers soutiens et bien vérifier que tous les éléments nécessaires à une bonne collaboration sont présents avant de vous associer avec quelqu’un, représente une bonne pratique. La mauvaise association représente d’ailleurs l’une des causes les plus fréquentes de mortalité des entreprises. 

8/ Ne pas penser au pire des cas

Toutes les situations peuvent survenir dans l’entrepreneuriat et même le décès de votre associé. Il s’agit donc d’envisager tous les cas de figure et de discuter avec lui de l’ensemble de ce qui pourrait arriver et de vous mettre d’accord, de préférence par écrit pour éviter toute situation de blocage. Si certaines circonstances peuvent vous paraître inenvisageables, sachez que tout peut arriver. Prenez aussi en compte vos données personnelles avant de vous lancer afin de ne pas vous retrouver en difficultés en cas d’insuccès. Rien ne se passe jamais comme sur le papier donc autant vous y habituer.

Il existe bien entendu, beaucoup d’autres erreurs à éviter lorsqu’on se lance, n’hésitez donc pas à vous renseigner pour les éviter. Vous ne serez probablement pas le premier à les avoir rencontrées.

Source : Dynamique Mag

0

À propos de l'auteur:

  Related Posts

Ajouter un commentaire